Le cardinal Fridolin Ambongoe s’oppose également à ce texte qui vise à imposer comme condition à l’accession à la présidence de la République le fait d’avoir un père et une mère de nationalité congolaise. Sur ceux, il a appel les Congolais à se montrer vigilants après le dépôt de la proposition de loi sur la « congolité ». Car selon lui, ce projet de loi, au lieu d’unir le peuple de Dieu dans une seule famille, apparait comme un instrument d’exclusion et de division ! 

« Je vous exhorte à résister aux discours de haine et aux initiatives qui excluent et divisent le peuple de Dieu ! » a lancé Fridolin Ambongo, l’un des deux cardinaux de la RDC, lors d’une cérémonie, à Lubumbashi, honorant Monseigneur Fulgence Muteba, le nouvel archevêque de la ville.

Encouragez plutôt les sentiments et le bonheur de vivre ensemble ! a-t-il poursuivi. C’est pour moi l’occasion, au nom des évêques du Congo et du peuple congolais, de stigmatiser le dangereux projet de loi sur la congolité qui ne promet point la cohésion nationale tant souhaitée.

Comme rappel, la très controversée proposition de loi de réserver la fonction de président de la République uniquement aux Congolais nés « de père et de mère » de Noël Tshiani, ancien candidat malheureux à la présidentielle de 2018, a finalement trouvé preneur à l’Assemblée nationale. Il s’agit du député national Nsingi Pululu qui se porte garant et est allé ce jeudi 08 juin 20221, déposer la proposition de loi sur l’affaire congolité à l’Assemblée Nationale.

Rosie Mozwa

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *