Félix Tshisekedi, président de la République du Démocratique du Congo prendra ses fonctions lors du sommet de l’organisation à Addis Abeba. C’est la première fois que l’ancienne colonie belge est ainsi mise en lumière depuis 1967; Mobutu avait, cette année-là, présidé l’Organisation de l’unité africaine, l’ancien nom de l’UA.

Sur ceux, le programme de Kinshasa pour l’UA est ambitieux. Il repose sur neuf « piliers »: lutter contre le Covid-19, dont la deuxième vague frappe le continent plus fort que la première, tout en restant très en-deça des dégâts occasionnés par le coronavirus en Europe et dans les Amériques; promouvoir une Afrique « responsable, consciente de son Histoire, de son potentiel artistique et de la richesse de son patrimoine culturel »; promouvoir la paix et la sécurité (alors que le continent est le théâtre d’une guerre civile en Libye, de violences djihadistes et communautaires au Sahel et au Nigeria, d’une rébellion du Tigray contre Addis Abeba, d’une rébellion des anglophones au Cameroun, d’un accroissement des violences djihadistes au Mozambique; de violences récurrentes à l’est de la RDC); appuyer l’intégration africaine (alors que la RDC a du mal à jouer son rôle au sein de la CEPGL); accélérer la construction du barrage Grand Inga.

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *