À savoir les candidatures seront adoptées et présentées de manière unanime et les chefs des confessions religieuses disent avoir appris des erreurs du passé. Sur ceux, Christophe Mboso et les chefs religieux ont relancés la machine pour la désignation des animateurs de la CENI. À savoir, Président de l’Assemblée nationale, a échangé avec les représentants des confessions religieuses le samedi 20 mars 2021 autour de la désignation des futurs membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante.

L’abbé Donatien Nshole, porte-parole des représentants des confessions religieuses a précisé qu’il était question de lui présenter des condoléances suite au décès du député national Henri-Thomas Lokondo en qui ils ont reconnu un grand esprit soucieux du bien de la population. Ils ont aussi échangé autour de la problématique de la désignation de nouveaux membres du bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).
Les chefs des confessions religieuses ont fait savoir qu’ils ont pris acte non seulement du discours du président de l’Assemblée nationale à l’ouverture de la session parlementaire de mars 2021, mais aussi de l’engagement de l‘Assemblée nationale de faire des réformes électorales une priorité au cours de cette session. Ils ont également pris acte de la demande leur faite de s’activer pour la désignation des membres du futur bureau de la CENI.

Si les chefs des confessions religieuses sont d’accord qu’il ne faut pas attendre la fin des réformes pour commencer à désigner les membres du bureau de la CENI, sinon on se met en retard, en même temps, ils se disent qu’il y a quelque chose d’important qui doit être faite dans la logique de l’engagement déjà pris par le Parlement pour finaliser ce travail, à savoir l’examen en urgence de la proposition de loi Lutundula sur l’organisation de la CENI.
Car, aux yeux des chefs religieux, c’est une proposition qui a régulièrement suivi la procédure. Et elle est déjà passée par le gouvernement, il ne reste qu’elle soit soumise au débat. « S’il y a bonne foi, en un mois, toute la procédure sera bouclée par les deux Chambres », a soutenu l’abbé Nshole.
Devant leur interlocuteur, les chefs des confessions religieuses ont pris l’engagement de commencer déjà le travail. Ils ont en même temps demandé au speaker de l’Assemblée nationale, qui s’est montré très coopératif depuis le début, de considérer la loi Lutundula et de la traiter en urgence. Là-dessus, les chefs des confessions ont reçu les assurances du président de la Chambre basse du Parlement de soumettre en priorité au débat cette proposition de loi.
Fort de cet engagement et de cette promesse, les chefs des confessions religieuses ont déjà entamé la procédure de désignation des membres du bureau de la CENI, notamment en invitant tout celui qui a l’ambition d’être candidat d’aller déposer sa candidature dans une des confessions religieuses de son choix, même s’il en est pas membre.
A la lumière du travail qui a été fait en amont, les confessions religieuses se sont mises d’accord sur le critérium et sur cette base, chaque confession religieuse va procéder à une présélection des candidatures recueillies pour en retenir trois à présenter à la plénière, a renseigné par ailleurs l’abbé Donatien Nshole.

Nouvellevision24

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *