L’Ethiopie veut entamé sans accord préalable la seconde phase de remplissage de son barrage controversé sur le Nil, l’Egypte et le Soudan ont rejeté l’initiative. Une opération qui risque d’aggraver la tension avant une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU jeudi.

Un responsable éthiopien a seulement indiqué sous couvert d’anonymat que l’opération aurait lieu « en juillet et en août » et que l’ajout d’eau était un processus naturel en particulier pendant la saison estivale des pluies.

L’Egypte rejette « fermement (cette) mesure unilatérale » après avoir été informée par Addis Abeba du début de la seconde phase de remplissage du barrage, construit par l’Ethiopie en amont du Nil, a indiqué le ministre égyptien de l’Irrigation Abdel Aty dans un communiqué, en dénonçant « une violation du droit et des normes internationales qui régulent les projets de construction sur des bassins partagés de rivières internationales »

Et mardi, le Soudan a dit avoir reçu la même notification. Du côté Khartoum, le ministère des Affaires étrangères ont également dénoncé une « violation flagrante du droit international » et qualifié l’initiative éthiopienne de « risque et de menace imminente ».

– Réunion à l’ONU –

A deux jours de la réunion du Conseil de sécurité sur ce dossier, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri a rencontré son homologue soudanaise Mariam al-Mahdi à New York.

Ils ont exprimé dans un communiqué leur « strict rejet » de l’initiative de remplissage et ont appelé le Conseil de sécurité à « soutenir leur position sur un accord contraignant sur le remplissage et l’exploitation du barrage ».

Le Conseil de sécurité se réunit à la demande de la Tunisie, membre non permanent au Conseil et représentant du monde arabe, au nom de l’Egypte et du Soudan. L’Ethiopie est opposée à cette réunion mais devrait y participer.

La Tunisie a remis à ses quatorze partenaires du Conseil de sécurité un projet de résolution réclamant l’arrêt du remplissage du réservoir, a-t-on appris mardi de sources diplomatiques.

Dans ce projet, obtenu par l’AFP, le Conseil de sécurité demande à « l’Egypte, à l’Ethiopie et au Soudan de reprendre leurs négociations (…) afin de finaliser, sous six mois, le texte d’un accord contraignant sur le remplissage et la gestion du GERD ».

L’objectif est de « garantir la capacité de l’Ethiopie à produire de l’hydroélectricité à partir du GERD tout en évitant d’infliger des dommages importants à la sécurité en eau des Etats en aval », précise le texte.

Ce texte prévoit que le Conseil de sécurité réclame aussi « aux trois pays de s’abstenir de toute déclaration ou mesure susceptibles de compromettre le processus de négociation ».

La France, qui préside en juillet le Conseil de sécurité, avait auparavant estimé que la capacité de l’instance onusienne à trouver une solution au conflit était limitée, ce dossier étant plutôt géré par l’Union africaine.

– « Facteur d’unité » –

L’Ethiopie, qui a dit avoir opéré la première phase de remplissage à l’été 2020, avait annoncé qu’elle procéderait en juillet à la seconde phase, avec ou sans accord. Le barrage, dit-elle, est vital pour répondre aux besoins en énergie de ses 110 millions d’habitants.

L’achèvement du barrage est aussi une priorité politique pour le Premier ministre éthiopien, après des mois de guerre au Tigré, estime Costantinos Berhutesfa Costantinos, enseignant à l’université d’Addis Abeba. 

« Il s’agit d’un facteur d’unité pour les Ethiopiens au milieu de tout ces conflits ethniques et il est donc important pour le pays et ses dirigeants d’achever le barrage conformément au calendrier prévu », poursuit-il.

L’Egypte a déploré que les négociations soient dans l’impasse depuis avril et a accusé l’Ethiopie d’avoir « adopté une ligne intransigeante » diminuant les chances de parvenir à un accord.

Le Soudan espère que le barrage va réguler ses crues annuelles mais craint des effets néfastes sans accord. L’Egypte, qui dépend du fleuve à 97% pour son approvisionnement en eau, le voit comme une menace pour ses ressources.

M. Costantinos estime qu' »au contraire, il aura un impact positif car il empêchera les inondations au Soudan et cette eau sera disponible pour eux. Elle ne sera pas retenue de manière permanente ».

Le méga-barrage, d’une contenance totale de 74 milliards de m3 d’eau, est construit depuis 2011 dans le nord-ouest de l’Ethiopie, près de la frontière avec le Soudan, sur le Nil bleu qui rejoint le Nil blanc à Khartoum pour former le Nil.

Avec une capacité de production d’électricité annoncée de près de 6.500 mégawatts, il pourrait devenir le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique. 

Le regain de tension créé par le remplissage du barrage entre Khartoum et Addis Abeba s’ajoute à d’autres dossiers épineux qui ont empoisonné les relations entre les deux pays voisins.

La guerre au Tigré fin 2020 dans le nord de l’Ethiopie a poussé quelque 60.000 personnes à fuir vers le Soudan déjà en proie à des difficultés économiques. Et un contentieux frontalier vieux de plusieurs décennies, lié à des agriculteurs éthiopiens qui s’étaient installés en territoire soudanais, reste potentiellement actif. 

Nouvellevision24.com/ AFP

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *