Cheikh Moussa Djamali, de la mosquée de Mavivi, a été tué par balles mardi 18 mai soir à Beni, à son retour en sortant de la prière du soir », a confirmé, l’AFP, le représentant de la Communauté islamique du Congo (Comico) pour la ville de Beni, Cheik Mustapha Machongani. C’est le deuxième assassinat du genre depuis mai dans la région de l’Est de la République démocratique du Congo où un groupe « islamiste » est accusé du massacre de milliers de civils depuis 2014.

En effet, un responsable musulman a été tué dans la province du Nord-Kivu. L’administrateur du territoire de Beni, Donat Kibuana confirme que Cheikh Moussa Djamali « a été fusillé alors qu’il revenait de la prière vespérale (du soir). Une personne non identifiée a tiré sur lui et s’est éclipsée dans la nature. »

Les tueries sont attribuées par les autorités au groupe armé des Forces démocratiques alliés (ADF), une rébellion ougandaise qui a pris souche depuis des années en RDC, et qui s’illustre par ces violences meurtrières contre les civils. C’est le même mode opératoire qu’avec Cheikh Aliamini tué début mai, le tireur a vise la tête », a souligné le représentant de la Comico. Plus d’un millier de civils ont été massacrés en territoire de Beni (province du Nord-Kivu) rien que depuis novembre 2019.

Nouvellevision24, Emilio Paluku

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *