À savoir, la convention d’actionnaires de février 2015 précisait même que la Direction générale de la société d’aménagement est confiée à l’administrateur représentant l’Etat congolais. La direction générale de deux autres sociétés est confiées aux administrateurs représentant le groupe AFRICOM. Sur ceux, un partenariat a été signé avec AFRICOM en mai 2015 une convention des actionnaires. 

L’IGF a révélé dans son rapport sur le Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo plusieurs manquements tant dans l’élaboration du projet que dans son exécution. Dans cette enquête réalisée en 2020, il ressort par exemple que le gouvernement avait renoncé à son idée initiale de la création d’une société dénommée Parc Agro-Industriel Bukanga Lonzo ayant comme actionnaire unique l’Etat congolais.

Selon Actualité.cd, d’autres documents ajoutent que par le fait que le statut de prestataire reconnu initialement à AFRICOM avait été changé, le contrat de gestion initialement signé devrait cesser de produire ses effets, et trouver d’autres arrangements pour rémunérer les services du partenaire. 

A ce propos, les inspecteurs de l’IGF notent que « malheureusement, AFRICOM a gardé le double statut de prestataire et d’actionnaire, en 2017, AFRICOM demandait déjà le remboursement de près de 20 millions de dollars bien qu’il continuait à être payé des frais de gestion après la création de ces trois sociétés ». 

Rosie Mozwa

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *