Au plus tard le 28 juillet courant, la fumée blanche doit s’échapper de la cheminée du sanctuaire, dans lequel se retranchent les hauts responsables des huit confessions religieuses, sur les épaules de qui, repose la lourde charge de désigner le futur président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Un choix décisif pour un enjeu vital, au regard du rôle que le nouveau patron de la Centrale électorale congolaise est appelé à jouer dans la consolidation de la démocratie en RDC. Ce choix devra être porté sur un homme de qualité, dont le parcours rime avec l’histoire récente du pays en la matière.

Dans la panoplie de candidatures déposées, il y en a une, dont la typicité avec ce parcours ne fait l’ombre d’aucun doute. C’est celle de Paul Nsapu Mukulu, Président de la Ligue des Electeurs, L.E. Pour bien en cerner les contours harmonieux, il sied d’explorer ce cheminement sous trois périodes : Mobutu (I), Kabila père et fils (II) et Tshisekedi (III)
I. Parcours de Paul Nsapu sous Mobutu : de 1990 à 1997

Tout porte à croire que ce théologien de formation, né à Luluabourg (Kananga) le 26 juin 1957, et qui a suivi plusieurs autres formations sur la théologie de libération au Brésil, en Argentine et au Salvador, a été formé pour les élections dans son pays et dans le monde. La mise en branle de son activisme comme militant incontesté des droits de l’homme dont l’engagement date de plus d’une trentaine d’années, est partie du choc planétaire généré par le massacre des enfants de SOWETO le 16 Juin 1976 en Afrique du Sud en plein apartheid.

Voici les grandes lignes de son parcours pendant cette période :

  • Le 30 avril 1990 : Paul Nsapu crée la Ligue des Electeurs (Ligue Zaïroise des Electeurs), pionnière en RDC et sur le continent africain en matière d’éducation civique et électorale.
  • En 1991 à la Conférence Nationale Souveraine, l’expert Paul Nsapu est le premier à proposer et à soutenir l’idée de la création d’une commission électorale au Zaïre. En 1995, l’option a été levée de confier l’organisation des élections à une Commission Nationale Electorale (CNE), mise sur pied en 1996 et présidée par le professeur Bayona Ba Meya.
  • EN 1996, clairvoyant et aux côtés toujours d’autres organisations de défense des droits de l’homme, Paul Nsapu a initié une structure propre à la société civile, appelée tout simplement Commission Electorale Indépendante (CEI).
    Elle était «essentiellement» composée des acteurs des forces vives de la nation.
  • De 1991 à 1997 : au niveau national, la Ligue de l’expert en matière électorale organise des sessions de formation des observateurs des élections (une première), dans quasiment toutes les provinces du Zaïre.
    Paul Nsapu dirige plusieurs travaux et signe une dizaine des publications sur les droits de l’homme et les questions électorales.

Dans la même période à l’international, le Président de la Ligue Zaïroise des Electeurs effectue des voyages d’études, de formations et d’échanges d’expériences aux USA et en Grande Bretagne.

Dans le même registre, il va en mission d’évaluation des processus électoraux et d’observations des élections dans plusieurs pays (Congo-Brazzaville, Angola, Afrique du Sud, USA, Zimbabwe, Belgique, Mozambique et Ethiopie).

Malgré le contexte de la dictature de Mobutu, Paul Nsapu entendait mettre son expérience, son savoir et son dévouement au bénéfice de son pays, en vue de l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes, comme point d’achèvement de la transition mobutienne. Un processus qui a été arrêté un certain 17 mai 1997.

II. Parcours de Paul Nsapu sous Kabila père et fils : de 1997 à 2019

À lire dans la prochaine publication

Nouvellevision24.com

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *