L’église a été fondée le 6 avril 1921. Depuis 1987, elle est appelée « Église de Jésus Christ sur la Terre par son envoyé spécial Simon Kimbangu » (EJCSK). C’est le 6 avril 1921 que le jeune Simon Kimbangu avait déclaré avoir eu une apparition de Jésus Christ, qui lui aurait permis d’accomplir une guérison miraculeuse sur Nkiantondo.

À savoir, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, va présider personnellement ce mardi 6 avril 2021 à la Cité de Nkamba-Nouvelle Jérusalem, dans la province du Kongo central, avec à ses côtés le chef spirituel de cette confession religieuse, Simon Kimbangu Kiangani, la grandiose cérémonie marquant le centenaire de l’Eglise de Jésus-Christ sur la Terre par son Envoyé Spécial Simon Kimbangu. Parrain de cet événement historique, il va adresser un message spécial aux millions de fidèles kimbanguistes disséminés à travers la République Démocratique du Congo, l’Afrique et le reste du monde. Son discours sera peu après suivi de celui du chef spirituel kimbanguiste, Simon Kimbangu Kiangani.
Après ces deux messages, le Président de la République procédera à l’inauguration du Musée Papa Simon Kimbangu. Mais avant cela, un culte sera organisé au temple de Nkamba à parti de 10 heures.

Aux côtés des églises traditionnelles, les catholiques et protestantes, dont les prêtres et les pasteurs étaient étroitement liés au système politique colonial belge, était perçue comme une menace pour sécurité intérieure de l’Etat. Les colons belges considéraient la montée du kimbanguisme comme un péril pour le régime colonial d’autant que Simon Kimbangu prêchait, en plus de la conversion des noirs au christianisme, leur libération du joug colonial.
Afin d’étouffer dans l’œil le discours du prophète, il était simplement accusé d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, déféré devant Conseil de guerre du tribunal de Mbanza-Ngungu et condamné à la peine de mort le 3 octobre 1921, peine commuée peu après en perpétuité.

Dans le dessein bien arrêté de le mettre définitivement hors d’Etat de nuire, Simon Kimbangu était expédié à Lubumbashi pour y purger sa peine. Mais au bout de 30 ans d’emprisonnement, il rendait l’âme en 1951, le jour même de la naissance de son petit-fils Simon Kimbangu Kiangani, l’actuel chef spirituel de l’église kimbanguiste. Compte tenu de cette condamnation injuste, les avocats de cette communauté religieuse avaient introduit une requête en révision auprès de la justice militaire et obtenu, le 22 juillet 2011, l’annulation pure et simple du jugement du conseil de guerre de Mbanza-Ngungu. C’est donc avec un casier judiciaire vierge que le prophète repose dans son mausolée, à Nkamba.

Le centenaire du kimbanguisme marque la maturité d’une communauté religieuse qui s’est imposée comme une église universelle, avec des réalisations palpables au pays (temples, écoles, université, fermes agro-pastorales) et des antennes en Afrique et à travers le monde.
Des milliers de fidèles, venus de partout, ont ralliés Nkamba depuis la semaine dernière pour les uns et le dernier week-end pour d’autres.

Nouvellevision24

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *