Le secrétaire général à l’EPST informe appelle le coordonnateur national des écoles conventionnées catholiques d’apporter au secrétariat général les réclamations soulevées par la CENCO afin de les soumettre à la Commission ad hoc déjà mise sur pied. Sur ceux, il annonce la surséance de la procédure de désactivation des écoles fonctionnant avec de faux arrêtés. C’est ce que renseigne sa correspondance adressée à l’abbé coordonnateur national des écoles conventionnées catholiques.

J’ai l’honneur de vous informer de la surséance de cette mesure en attendant les conclusions de travaux de la Commission ad hoc mise sur pied à cet effet. Cette commission aura à examiner, au cas par cas, la situation administrative de chacune de ces écoles. Seules, les écoles déclarées irrégulières à l’issue desdits travaux seront désactivées.

À savoir, le ministère de l’EPST avait décelé plus de 1400 écoles fonctionnant en RDC de manière illicite. De son coté, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) a relevé quelques erreurs dans l’enquête des écoles fictives qui doivent nécessairement être désactivées des listes de paie. Elle estime que cette décision peut perturber la paix sociale. Dans ce lot, on compte plus de 600 écoles conventionnées catholiques, au motif qu’elles détiennent de faux arrêtés du Ministère de l’Epst. 

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *