Au cours de ce lancement, le ministre de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST), s’est expliqué sur le choix de la ville de Goma pour lancer ces épreuves. Pour lui, c’est pour partager la souffrance endurée ces derniers mois par les populations de cette contrée, victimes de l’éruption volcanique.

Nous partageons la souffrance endurée, le sacrifice consenti de notre population qui a connu d’innombrable privation consécutive aux effets néfastes d’éruption volcanique de Nyiragongo, il y a quelques mois, et des pertes en vies humaines. La désolation morale, les déplacements des populations traumatisées, plusieurs écoles détruites qui a favorisé la rupture scolaire de quelques élèves. C’est la première fois que le lancement du TENAFEP se déroule en province, en dehors de Kinshasa. Cette session 2021 est supportée totalement par le décaissement de l’enveloppe d’organisation par le trésor public au niveau national.

À savoir, les épreuves vont se dérouler du 5 au 6 août avec deux millions vingt-trois mille sept cent soixante-trois (2.023.763) élèves répartis en 7716 centres d’examen à travers toute la République. Sur ceux, le ministre de l’EPST garanti les personnels enseignant et administratif impliqués dans ces épreuves quant au paiement de leurs primes.

Ainsi, tous les intervenants à tous les niveaux recevront leurs primes pour ne pas laisser traîner dans le gouffre des antivaleurs. En ce qui concerne les litiges de l’édition 2020, le gouvernement va l’honorer dans les meilleurs délais.

Emilio Paluku

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *