La FEC fustige par les menaces proférées à l’endroit des dirigeants des entreprises pour les contraindre à appliquer une structure des prix qui, selon lui, ne tient pas compte de la vérité des prix, alors que les éléments supposés élagués pour alléger ladite structure, constituent des charges réelles d’exploitation.

Dans une correspondance adressée vendredi dernier 25 juin au ministre de l’Economie nationale, son administrateur délégué Kimona Bononge souligne que sa structure est consternée par cette attitude et parle plutôt d’une imposition d’une structure des prix qui ne prend pas en compte les couts justifiés par des pièces comptables.

Sur ceux, elle appelle à l’arbitrage du Premier-ministre afin de trouver une solution concertée liée à la nécessité de baisser les prix des produits de première nécessité, tel que décidé au dernier conseil des ministres. Et dénonce cette approche de l’administration de l’économie qui, manifestement viole une disposition légale, relative à la liberté des prix et à la concurrence, en ce que les prix des biens et des services sont librement fixés par ceux qui en font l’offre, bien entendu, sous réserve du contrôle a posteriori.

Rappelons que, lors du 9eme conseil des ministres deux dossiers principaux, avec incidence sur le social des Congolais ont été adoptés par le Conseil. Il s’agit de la réduction des prix des billets d’avion et la réduction des prix des denrées alimentaires de premières nécessités.

  • un carton de 10Kg des cuisses des poulets coûtera moins de 10$ contre 21$ ;
  • un carton de 10Kg des poulets entiers coûtera autour de 10$ au lieu de 28$ ;
  • un carton de 10Kg des côtes des porcs coûtera 15$ contre 22,70$ ;
  • un carton de 30Kg des chinchards 16+ coûtera 17$ au lieu de 42,92$.

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *