Les ADF sont accusés d’être responsables de la mort de milliers de civils depuis le lancement d’une campagne sanglante en octobre 2014 dans la région de Beni et ses environs. Ils ont tué 1.842 civils depuis avril 2017, d’après les experts du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Et ce mardi le chef de l’Etat Congolais n’est passé par 4 chemins en demandant le soutien de la France face à un groupe d’islamistes actifs dans l’est du pays, semant selon lui « la terreur » dans la population. À savoir, ces rebelles musulmans ougandais se sont installés en 1995 dans l’est de la RDC où ils ont pris souche. 

Le 11 mars, les États-Unis ont placé ce groupe armé parmi les « groupes terroristes » affiliés à l’EI. Sans surprise, le président congolais fait référence aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF) considérés comme le groupe armé le plus violent de la région.

Dans mon pays, la RDC, à l’est, il s’est créé maintenant un groupe à tendance islamiste, au discours islamiste et aux méthodes islamistes », a déclaré M. Tshisekedi à Paris, lors d’une visite à son homologue Emmanuel Macron.

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *