Dans les villes de Goma, Beni et Butembo, des barricades ont été érigées et des bâtiments détruits, selon les autorités. Des mesures ont été prises par le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu. Le couvre-feu, imposé dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, a été ramené de 21h00 à 18h00 dans certains des quartiers concernés par ces violences. Et les manifestations sont désormais interdites sur toute l’étendue de la province du Nord-Kivu.

La police a tenté de s’interposer en vain. Plusieurs personnes ont été tuées par balles et d’autres par des gourdins, machettes et autres armes blanches. Plus d’une vingtaine de blessés ont également été enregistrés. Le bilan matériel est également considérable. Une dizaine de maisons ont été brûlées et des commerces détruits.

Au moins sept personnes ont été tuées et 22 blessées, à Goma et ses environs, dans les violences en marge des manifestations contre l’insécurité dans la province du Nord-Kivu. Ces violences ont connu un pic dimanche et se sont poursuivies ce lundi 12 avril dans la périphérie de Goma.

Emilio Paluku

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *