Ouvert le vendredi 5 mars 2021 à la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, sera bouclé en première instance ce jeudi 25 mars. Le procès sur le présumé détournement des fonds à l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) et au service de contrôle et paie des enseignants (SECOPE)

Après délibération, le juge va prononcer le verdict qui va sceller le sort de l’Inspecteur général de l’EPST et du Directeur Général du SECOPE. À savoir, le Ministère Public reproche à ces 2 prévenus d’avoir violé des dispositions légales en matière de passation de marché public, notamment l’absence de la publicité et de l’appel d’offre dans le processus des recrutements des fournisseurs, et surtout la non prise en compte des règles de comptabilité publique qui régentent l’administration publique. Sur ceux, il avait requis 20 ans de travaux forcés à l’endroit des 2 prévenus, Michel Djamba Inspecteur au SECOPE, et de Delphin Kambayi, Directeur Général, bien que 2 prévenus ont plaidé non coupable au cours de l’audience devant le juge président du tribunal du séant, Aimé Ilunga.

Rappelons que les révélations ont été faites par un communiqué de l’IGF dans son rapport du 18 novembre 2020, notamment sur l’existence au sein du ministère de l’EPST, de faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles fictives ainsi que l’explosion du personnel non enseignant au détriment du personnel enseignant qui est pourtant le principal destinataire de la gratuité de l’enseignement.

Rosie Mozwa

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *