Le réquisitoire de l’organe de la loi a été présenté après la plaidoirie du conseil des prévenus qui comparaissent depuis fin décembre devant le tribunal militaire garnison de Beni-Butembo, en province du Nord-Kivu. Le ministère public avait requis vendredi 15 janvier 2021 une peine de dix ans de servitude pénale contre 8 militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement, LUCHA.

Le parquet n’a pas fait la preuve des actes qui leur sont reprochés mais c’est le résultat quand on juge des civils devant un tribunal militaire », indique la LUCHA. Sur ceux, le tribunal évoque l’insuffisance des charges et éléments matériels, et ordonne leur libération ipso facto.

Rappel

Les militants de la Lucha étaient arrêtés le 19 décembre, au cours d’une manifestation demandant le départ de la Monusco. À savoir, dix jeunes militants accusés d’avoir participé à une manifestation pacifique visant à exiger la protection des civils de la ville de Beni. Leur jugement par un tribunal militaire aura lieu jeudi. Huit militants appartenant au mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) ont été arrêtés le 19 décembre à Beni (Nord-Kivu, est) après avoir dénoncé au cours d’une manifestation ce qu’ils considèrent comme l’échec des Casques bleus à protéger les civils dans la région. Les deux autres militants de Lucha ont été arrêtés dans la ville le 7 janvier, lors d’une manifestation pacifique contre une nouvelle taxe sur les taxis-motos.

Les arrestations et les poursuites ultérieures de ces jeunes militants pour avoir simplement demandé la protection des civils à Beni sont une mascarade et équivalent à de la persécution », a dénoncé Sarah Jackson, directrice régionale adjointe d’Amnesty pour l’Afrique de l’Est et les Grands lacs.

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *