Les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) au cours d’une conférence de presse tenue, ce lundi 1er mars 2021, au Centre interdiocesain dans la commune de la Gombe appellent les nouveaux animateurs des institutions du pays à se mettre au travail, conformément aux dispositions légales en privilégiant le bien-être de la population et la cohésion nationale.

À savoir, les prélats catholiques insistent sur le profil éthique des membres du gouvernement et des gestionnaires des entreprises publiques. L’adhésion massive à l’Union Sacrée de la nation ne doit pas être motivée seulement par le positionnement politique. Raison pour laquelle, seuls les hommes et les femmes qui ont fait preuve d’une bonne éthique dans leur passé et qui ont une expérience dans le domaine requis, soucieux du bien-être de la population, méritent d’être cooptés pour gérer les institutions de l’État et les entreprises publiques », a déclaré l’abbé Donatien Nshole Secrétaire général de la CENCO.

Raison pour laquelle, seules les hommes et les femmes qui ont fait preuve d’une éthique dans leur passé et qui ont une expérience dans le domaine requis, soucieux du bien-être de la population, méritent d’être cooptés pour gérer les institutions de l’Etat et les entrepris publiques. Le peuple sera frustré de voir revenir au pouvoir ceux qui ont participé au pillage, à l’insécurité, à la vision des droits humains, et ne font aucun signe de repentance et de conversion.

Les Évêques se sont prononcés également sur la situation politique au pays en attendant la mise en place d’un nouveau gouvernement et suggère au prochain gouvernement d’inscrire parmi ses priorités les réformes électorales et celles de la loi portant fonctionnement de la CENI. A l’occasion de la réunion du Comité permanent de la CENCO tenue du 22 au 25 février, les prélats catholiques soulignent la nécessité pour le prochain gouvernement de procéder a priori aux réformes électorales.

La coalition FCC-CACH était considérée comme un blocage notamment au processus de réformes au pays. En ce qui concerne le secteur électoral, plusieurs initiatives parlementaires, entre autres celles concernant la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI et celles de la loi électorale ont été gelées par l’ancien bureau de l’Assemblée nationale dirigée par Jeanine Mabunda.

Sur ceux, les réformes électorales et celles de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI en vue d’améliorer la gouvernance électorale devraient figurer parmi les priorités du prochain Gouvernement et va convaincre le bien-être du Peuple congolais qui passera nécessairement par la consolidation de la démocratie.

B. Manda

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *