Dans un communiqué rendu publique ce mardi 03 août 2021, les professeurs Isidore Ndaywel et Justin Okana ont fait savoir que la RDC dispose de bien d’autres experts de haut niveau en matière électorale. De ce fait, l’enjeu revient à choisir celui qui présenterait un maximum de garantie de probité morale, d’impartialité et d’indépendance à l’égard des forces politiques, toutes tendances confondues.

Au cas où les pères spirituels ne rectifient pas les tirs, le CLC menace de prendre ses responsabilités. Il déplore, par ailleurs, les conclusions peu satisfaisantes des pourparlers des confessions religieuses sur la désignation du successeur de Corneille Nangaa.

Le CLC condamne également la profanation des édifices de l’église catholique et des objets de cultes par des actes de vandalisme et des insultes les plus obscènes proférées à l’égard de l’archevêque métropolitain de Kinshasa, Fridolin Ambongo. Ces dérapages, regrette-t-il, sont le résultat de l’insatisfaction des discussions de pères spirituels. À cet effet, il appelle à des enquêtes pour sanctionner les coupables de ces comportements indignes afin que de tels actes ne se répètent plus jamais.

Dans le but de préserver la paix sociale, le CLC exhorte les forces politiques et sociales d’honorer la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo en œuvrant pour la consolidation de la cohésion nationale. Les violons ne se sont pas accordés entre les représentants de 8 confessions religieuses sur la désignation du futur président de la CENI.

Deux blocs se sont formés. D’une part, le tandem composé de l’Église du Christ au Congo (ECC) et de l’Église catholique prônant le consensus mais qui n’a pas eu gain de cause, et d’autre part, les 6 autres confessions religieuses ont jeté leur dévolu sur la candidature de Denis Kadima.
Le procès-verbal de ces 6 confessions religieuses a été déjà transmis à l’Assemblée Nationale, malgré l’opposition de l’Eglise catholique et l’Eglise protestante.

La chambre basse devra le transmettre à la commission mixte paritaire Opposition-Majorité. Celle-ci passera au peigne fin le dossier du candidat et éventuellement des autres avant d’en soumettre le rapport à la plénière pour entériner ou rejeter avant l’ordonnance d’investiture.

Sur ceux, le CLC recommande ainsi aux confessions religieuses de revenir à la table de négociation pour statuer cette fois-ci sur d’autres candidatures.

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *