La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC, Bintou Keita a échangé avec les députés du Nord-Kivu ce jeudi 8 avril 2021 à Kinshasa sur la situation sécuritaire du province émaillée des manifestations à Butembo, Beni et Goma pour réclamer le départ de la Monusco.

À savoir, les activités sont paralysées notamment à Beni et Butembo. A l’appel des mouvements citoyens et des différentes associations, des manifestations sont organisées pour exiger le départ de la Monusco accusée de passivité face aux massacres à grande échelle depuis plus de six ans à Beni et actuellement dans le territoire d’Irumu (Ituri).

Selon M. Mwanza, président du caucus des députés du Nord-Kivu: la responsabilité de la sécurité, du combat contre les forces négatives ne reste pas seulement sur le dos ou les épaules de la Monusco. Ça reste de la responsabilité de l’État congolais. Nous en tant qu’élus, nous continuons le plaidoyer pour que nos forces armées puissent aussi avoir les moyens, l’encadrement pour pouvoir neutraliser ces ADF et les autres groupes armés qui sévissent dans le Nord-Kivu. Donc, c’est dans le cadre de ce plaidoyer pour le retour de la sécurité et de la paix au Nord-Kivu qu’on a échangé avec la Représentante spéciale du Secrétaire général.

Rappelons que l’Assemblée nationale a adopté mercredi dernier une résolution portant création d’une commission sur la situation sécuritaire dans 8 provinces (l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Maniema, du Haut-Uele, du Bas-Uele, du Haut-Katanga et du Haut-Lomami). Quinze (15) députés non originaires desdites provinces seront désignés pour effectuer la mission pendant un mois. Certains députés proposent que la commission puisse s’intéresser aussi au travail de la Monusco présente au Congo depuis plus de 20 ans sans parvenir à restaurer la paix dans les zones troubles.

Soriano Botamba

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *