Il fût assassiné en 2010 dans des circonstances floues et son procès a conduit à la condamnation de plusieurs officiers de la Police Nationale Congolaise (PNC) dont le colonel Daniel Mukalay en prison jusqu’à ce jour pour son rôle joué dans la mort de ce défenseur des droits humains et son collaborateur. Floribert Chebeya était un activiste des droits de l’homme, président de l’ONG Voix des Sans Voix (VSV) et coordinateur du Réseau national des ONG de défense des droits humains en RDC (RENADHOC).

Selon ces témoignages receuillis par RFI, plusieurs noms sont dévoilés dans ce double assassinat, il s’agit notamment de l’adjudant Hergil Ilunga wa Ilunga, le colonel Daniel Mukalay, inspecteur général à la direction des renseignements généraux et services spéciaux, le major Christian Ngoy Kenga Kenga, officier de bataillon  Simba. Et à 16h30, presque 17h, on a vu arriver une voiture de marque Mazda, si je me souviens bien, c’était il y a longtemps, de couleur grise. On a vu les deux personnes qui sont venues là au bureau. On croyait que ce sont des invités qui viennent toujours là à la direction générale de la police. Il y a un monsieur qui est descendu de la voiture, il est parti là en haut, là où il y a le protocole. Après, nous attendons toujours. Après, vers 18h, 19h, presque 18H45, nous étions au nombre de six éléments plus le major Christian, ça fait sept. Il nous a dit d’amener le chauffeur de Chebeya. On l’amène dans mon véhicule, là que je conduisais. C’était une Defender de couleur blanche, la Defender du colonel Daniel Mukalay. Lorsqu’on a terminé à travailler, qu’on a terminé à l’étouffer, c’était dans mon véhicule, on était avec Jacques Mubago et Saddam. On l’a tué toujours dans l’inspection générale de la police. Après, on attend son chef. Lui aussi, on l’a étouffé toujours dans l’inspection générale de la police.

On est partis à Mitendi dans la concession du général Djadjidja (ndlr : à l’époque, il n’était que colonel). On a enterré Fidèle là. Après, on est quitté avec Chebeya. Plus ou moins 2 kilomètres de là où on avait enterré Fidèle Bazana, on a déposé son chef à Mitendi, on l’a laissé là dans sa voiture, avec des prudences, le préparer comme s’il avait une femme dans son véhicule, qu’il faisait l’amour.

On a quitté là à Mitendi, on est partis directement chez le colonel Daniel. On a laissé la première jeep là, dans la parcelle du colonel Daniel. On est partis chez (Christian Ngoy) Kenga Kenga, c’est là où on avait passé une nuit. Le matin, je suis rentré à la maison. Nous entendons qu’il y a du bruit maintenant, c’était le 2. Après, on a regroupé, nous tous. On nous a dit de rester toujours là. Nous étions là chez le général.

Le général Numbi ?

Oui, oui, chez lui, toujours à Gombe là en ville. C’est là où nous étions. Le 3 ou 4, c’était vers 2h du matin. Le général a pris son jeep de commandement de l’escorte, l’a donné à son chauffeur. On est partis à l’aéroport. On a trouvé le cargo Transair (ndlr : un appareil de la flotte de Trans Air Cargo Service), on nous attendait. Nous étions moi, Hergil, Christian Ngoy, Jacques Mugabo et Saddam.

Nouvellevision24

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *