Le Président de la République, Félix Tshisekedi a échangé ce jeudi 17 juin avec les forces vives de Beni dans le cadre de sa tournée dans la partie Est du pays. Félix Tshisekedi a tenu à rassurer aux populations de cette région sa compassion. Dans un entretien à bâton rompu avec les forces vives de Beni, le Président de la République a promis que bientôt leurs souffrances prendront fin. 

Croyez-moi chers compatriotes, je suis pas venu au pouvoir pour continuer à assister impuissant à la déglingue de notre population, de notre pays. Je suis venu au pouvoir pour contribuer tant soit peu à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens et dans les conditions de vie de nos concitoyens la priorité c’est la sécurité et j’ai toujours dit ça, tant que je n’aurais pas réglé ce problème d’insécurité, pour moi je n’aurais pas réussi mon mandat de Président de la République 

Cette région de l’est c’est l’endroit où je me suis le plus rendu depuis que je suis Président de la République. C’est un signe pour vous montrer que je suis de cœur avec vous. Je sais que c’est douloureux quand on perd de proches, de connaissances, c’est un réflexe humain. C’est normal. Même moi, j’ai toujours dit que si j’étais à votre place, j’allais aussi me poser la question sur ce que fait l’état. Comment est-ce qu’on peut nous massacrer. Où est l’Etat.

Mais dites vous bien chers compatriotes, je suis arrivé et trouvé une situation. L’armée est une institution. Pour la comprendre il m’avait fallu du temps et ce temps, je crois que je l’ai maintenant. J’ai désigné comme ministre de la défense, un ancien militaire parce que je voulais qu’au niveau du Gouvernement pendant nos conseils, nos réunions, en plus de mon staff”.

Il faut qu’on y réfléchisse à utiliser les jeunes à leur donner d’avantage les moyens pour qu’ils sensibilisent surtout les jeunes comme eux à comprendre la nécessité de cet état de siège. Vous devez aller vers eux parce qu’évidemment vous savez que le succès des opérations militaires n’est pas souhaité par tout le monde même par des congolais », a dit Félix Tshisekedi tout en déplorant la collaboration des certains citoyens avec les groupes armés.

« C’est ce qui me choque et que parmi des habitants de cette région, il y en a ceux qui combattent cela et qui veulent que la violence continue. C’est inexplicable mais il faut continuer à sensibiliser et expliquer aux populations le bien fondé de cette vision et surtout leur dire que ce n’est pas pour les brimer que nous avons pris cette décision mais c’est plutôt pour les aider »

Emilio Paluku

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *