Né le 7 octobre 1939 dans la province de Mai-Ndombe (ouest), Mgr Monsengwo fut l’une des voix critiques à l’égard des différents régimes qui se sont succédé en RDC (ex-Zaïre), celui du dictateur Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré Kabila (1997-2001), Joseph Kabila (2001-2019), puis Félix Tshisekedi. 

Il a été ordonné prêtre en 1963, évêque en 1980 par le pape Jean-Paul II à la tête de l’archidiocèse de Kinshasa, fait cardinal par Benoît XVI en 2010, cette grande figure de l’Église catholique africaine avait cédé son fauteuil à Kinshasa à Mgr Ambongo en novembre 2018.

Sur ceux, le chef de l’État a déposé la médaille de  l’ordre sur le cercueil du prélat défunt, après la lecture de l’ordonnance présidentielle l’élevant « à titre posthume au titre de Grand cordon de l’ordre national des Héros nationaux Kabila-Lumumba pour les éminents service et mérites rendu à la nation congolaise ». 

La cérémonie s’est déroulée en présence du président de la République du Congo (Brazzaville) Denis Sassou Nguesso, du Nonce apostolique, les cardinaux et prélats venus de plusieurs pays d’Afrique, des chefs de confessions religieuses en RDC, des officiels africains, des diplomates et d’une foule nombreuse.

Décédé le 11 juillet près de Paris à 81 ans de suite d’une maladie, Mgr Monsengwo a longtemps joué un rôle politique de premier plan dans son pays. Son inhumation est prévue mercredi.

Emilio Paluku

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *