Au moins 55 morts suite aux attaques meurtrière des présumés rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) à Boga et à Tchabi (territoire d’Irumu), les mouvements des déplacés se poursuivent tous les jours de manière effrénée dans la région.

Hommes, femmes et enfants se déplacent à pieds, sur moto ou à bord des camions en direction de l’Ouganda, des villages de la chefferies de Walendu Bindi ou prennent carrément al direction de la ville de Bunia (120 km), chef lieu de la province de l’Ituri, témoignent plusieurs sources locales. Plusieurs familles ont été reçues dans des familles d’accueil ces derniers jours à Bunia.

Bien que l’armée indique que la situation est sous contrôle. « Nous avons utilisé nos hélicoptères de guerre et présentement la situation est sous contrôle car nos vaillants militaires au front ont tué plusieurs ADF et le ratissage continue », indique le porte-parole de l’armée en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo.

De son côté, la société civile s’alarme en ce terme nos compatriotes sont dépourvus de tous dans la chefferie des Walendu Bindi et même d’autres qui sont à Bogoro. Aucune assistance jusqu’à présent, ni même un recensement de ces déplacés par les ONG. Il y a des risques même d’une épidémie qui pourrait apparaître si rien n’est fait », alerte Gili Gotabo, président de la société civile du territoire d’Irumu.

À savoir, le calvaire se poursuit pour les habitants des villages de Boga et Tchabi contraints de fuir les attaques armées. Lundi, les assaillants ont incendié l’hôpital général de référence de Boga laissant ainsi des milliers de personnes sans accès aux soins.

Emilio Paluku

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *