Comme rappel, plusieurs griefs sont retenus par les petitionnaires à charge d’Alexis Thambwe Mwamba et son bureau : la gestion opaque et cavalière de ses collègues et de la chambre ; la révocation en violation de toutes les règles en la matière du chef de cabinet du premier vice-président du Sénat ; le manque de transparence dans la gestion financière ; le manque de considération envers la plénière .

À savoir, bien que déjà visée par une enquête à la cour de cassation. Voici le tour de l’inspecteur général de finance, Jules Alingete demande également au président du Sénat les comptes d’un versement non justifié qui date de l’an 2019 jusqu’à ce jour resté injustifié. Il s’agit d’un montant qui s’élève à plus 100 millards des francs congolais, soient « CDF 107.395.869.128,82 mis à la disposition du Sénat qui ne sont pas justifiés pour la période de janvier 2019 à fin 2020 », écrit l’IGF dans sa correspondance de feuille d’observation transmise au président du Sénat.

Sur ceux, en refusant de recevoir la pétition lui adressée, Alexis Thambwe Mwamba est malheureusement rattrapé par les faits. La sentence à laquelle il croyait échapper lui reste suspendue. Une séance plénière convoquée ce jeudi matin par le Secrétaire général du Sénat, Gilbert Kikudi Kongolo Ndjibu, avec un seul point à l’ordre du jour : identification et installation du doyen d’âge. La plénière de ce jeudi 4 février 2021, pour laquelle le perchoir sera provisoirement occupé par le numéro un de l’administration sénatoriale, s’occupera de l’examen de la pétition déposée par la majorité des sénateurs contre le bureau que dirige Alexis Thambwe Mwamba.

Arly Masevo

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *