Patrick Muyaya, ministre de la communication et médias et porte-parole du gouvernement a insisté, ce jeudi 27 mai, sur l’évacuation des habitants des quartiers en zone rouge, comme annoncé la veille par le gouverneur militaire du Nord-Kivu, Constant Ndima, à travers la Radio télévision nationale congolaise.

Selon lui, la ville de Goma est exposée à 4 types de risque, à la suite de l’éruption volcanique du Nyiragongo le samedi 22 mai dernier. Il s’agit de :

  • Risque d’accentuation des tremblements de terre ressentis de manière continue depuis le 22 mai dernier, qui peuvent causer des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants,
  • Risque d’une éruption volcanique secondaire partant des fissures créées par les mouvements sismiques,
  • Risque d’explosion des poches de gaz sous le lac Kivu du fait d’un contact avec le magma,
  • Risque de toxicité de l’environnement ambiant du fait de la poussière.

Les scientifiques disent que nous sommes devant une situation inédite. Ça veut dire que par le passé, l’éruption se fait toujours annoncer d’une manière ou d’une autre. Il y a de petits tremblements qui précèdent, il y a de chaleur étouffante, ensuite il y a la lave qui sort du volcan.

Ce qu’on a observé le 22 mai dernier, ce qu’il n’y a pas eu des tremblements qui précèdent. Nous sommes devant un tableau inédit et les scientifiques n’ont pas encore des réponses claires sur ce qui passe réellement.

Rosie Mozwa

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *