La famille politique de Joseph Kabila, le Front commun pour le Congo (FCC) dit qu’elle ne peut pas répondre positivement à l’appel du président de l’Assemblée nationale sans qu’il ait « une action rectificative » au sein du bureau de la CENI. À savoir, le FCC, l’Eglise catholique et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) et plusieurs forces sociales ont exprimé leur opposition suite à la désignation de Denis Kadima comme président de la CENI. Ce dernier est considéré par ces parties comme proche du pouvoir.

Pour le FCC, il n’y a toujours pas de consensus entre les parties prenantes, les principales questions électorales, sur singulièrement la désignation du Président de la CENI, mais aussi et surtout qu’il n’y a aucune volonté, dans le chef du pouvoir, de rechercher ledit consensus, qu’aucune action rectificative n’a été initiée contre les violations de la Constitution, de la Loi organique sur la CENI et du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale ayant entachée la mise en place de la Cour Constitutionnelle et de la CENI, dénoncées dans nos déclarations.

Le FCC rappel par ailleurs qu’il ne peut pas désigner ses trois représentants à la CENI ; qu’il n’a donné mandat à personne pour procéder à cette désignation ; que toute personnalité, membre du FCC qui, par on ne sait quelle magie, se retrouverait à la CENI, le serait à titre personnel et non pour le compte du FCC.

Rappelons que Christophe Mboso avait invité au cours de la plénière de ce jeudi 2 décembre l’opposition à rejoindre le train du processus électoral enclenché par la mise en place du nouveau bureau de la Commission électorale nationale indépendante. 

Rosie Mozwa

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *