« Nous avons privilégié la Télédéclaration, le recouvrement à l’amiable et le dialogue social » apprend-t-on d’une déclaration faite par Madame Agnès Mwad, Dg de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) afin de lutter contre l’évasion des cotisations sociales en RDC durant la Covid19. Cela fait partie d’une stratégie renforcée par le numéto 1 de la CNSS avec les partenaires de manière à permettre à la CNSS d’etre à la hauteur de ses recettes.
En cette fin d’année 2020, la CNSS est parmi les rares entreprises de l’Etat congolais émergentes qui accompagnent en tout succès le gouvernement congolais dans son secteur.

En effet, «Pour assurer les cotisations sociales des
entreprises débitrices et poursuivre ses prestations sociales durant cette crise de Covid-19, la CNSS a mis en place un certain nombre de mesures. Il s’agit notamment de la télédéclaration et du recouvrement à l’amiable qui a consisté à sensibiliser les employeurs à venir payer. Nous avons aussi suspendu des pénalités pour les employeurs qui devaient payer en retard. Nous n’avons pas non plus tenu compte de majoration de retard», a-t-elle déclaré.

Cette visioconférence, menée sous la modération de Tiguy Elebe Motingiya, officier de liaison de l’AISS pour l’Afrique centrale, a surtout été l’occasion pour les Caisses nationales de sécurité sociale de la RDC, du Congo Brazzaville et de Gabon d’échanger et de partager les expériences sur les stratégies et méthodes
mises en place pour assurer le recouvrement des cotisations sociales durant la période de Covid-19.

Dans son exposé, le directeur du recouvrement de la CNSS RDC, André Mationa Mayenda a affirmé que, durant cette période de crise sanitaire, son établissement a jonglé, conformément à la loi et selon les attitudes des employeurs débiteurs, avec les deux modes de recouvrement, à savoir: le recouvrement amiable et le
recouvrement dit forcé ou contentieux.
Le télétravail a l’heure de la covid-19
«Vis-à-vis de l’employeur de bonne foi, la CNSS a privilégié le recouvrement à l’amiable, alors qu’elle a utilisé le recouvrement forcé face aux employeurs de mauvaise foi», a-t-il précisé. Aux dires d’André Mationa, tout a été fait en se gardant d’asphyxier davantage les entreprises dont la production et les recettes avaient déjà été
négativement impactées par la crise économique, charriée par la pandémie de Covid-19.
A en croire André Mationa, pour mieux faire face à la pandémie Covid-19, la CNSS a pris une série de mesures. Du point de vue de contrôle et recouvrement, elle a privilégié le télétravail comme outil principal dans toutes les procédures et suspendu des pénalités pour défaut de déclaration et paiement des cotisations sociales.

«La CNSS a intensifié la communication en l’endroit des partenaires sociaux en vue de les encourager à faire la télé déclaration, à vulgariser les procédures de recouvrement à l’ensemble des employeurs au moyen des supports médiatiques et à élargir la télé déclaration aux autres employeurs ayant moins de 25 travailleurs», a- t-il indiqué.

B. Manda

By admin