Cour de cassassion: Matata Ponyo, Patrice Kitebi, ancien DG du FPI et Grobler Christo, gérant de la société Africom ont comparu physiquement devant la barre

À savoir, la cour de cassation a entamé, ce lundi 13 juin, le procès contre l’ancien Premier ministre Matata Ponyo, à Kinshasa.Le prévenu est poursuivi pour avoir dissimulé, selon le Parquet près cette cour, plus de 200 millions de dollars americains dans la gestion du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo.A l’audience de ce lundi, deux coaccusés de Matata à savoir : Patrice Kitebi, ancien DG du FPI et Grobler Christo, gérant de la société Africom ont comparu physiquement devant la barre.

La composition a décidé de renvoyer la cause au 11 juillet prochain, après avoir constaté l’absence du sénateur qui, selon ses avocats, n’a pas été atteint par l’organe de la loi.Un des avocats de Matata Ponyo, Me Laurent Onyemba assure que son client n’est pas en fuite :« En matière pénale, pour certaines préventions, la présence physique est exigée. Ça c’est la loi. Mais avant justement d’aborder la question de la présence physique, il y un préalable. Matata doit être atteint.

Ça veut dire qu’il faut que l’exploit lui ait été régulièrement déposé chez lui à la maison.  Mais attendons justement qu’il soit régulièrement atteint puis nous allons en venir quant aux préalables, parce qu’il n’entend pas se soustraire ».Mais, cet avocat estime qu’il y a eu vice de procédure au moment où la Cour constitutionnelle s’est déclarée, en novembre dernier, incompétente à traiter ce dossier.« Nous sommes scandalisés de voir que le dossier était au niveau du Parquet général près la Cour constitutionnelle qui a été dessaisi, en envoyant le dossier au niveau de la Cour constitutionnelle.

Et, celle-ci s’est prononcée incompétente et le dossier est devenu le dossier du greffe. Quel a été notre étonnement de constater que le dossier réapparait à la Cour de cassation, sans que M. Matata ait été entendu au niveau du Parquet général près la Cour de cassation », s’est plaint Me Laurent Onyemba.Au mois de mai dernier, un des avocats de Matata Ponyo, Raphaël Nyabirungu, avait déjà alerté que « toute action judiciaire initiée par le ministère public près la Cour de cassation contre le sénateur Augustin Matata ne pourrait pas prospérer, sinon ce serait l’excès de pouvoir ».

Nouvellevision24.com