La chambre basse du Parlement congolais a estimé que Kampala a trahi Kinshasa en signant des accords avec Kigali

Pour la RDC, l’Ouganda tout comme le Rwanda ne sont pas des partenaires crédibles pour la RDC. Selon le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, la suspension de la ratification du projet de ratification des accords signés avec l’Ouganda est soutenue par des nombreux députés nationaux. »Ce dossier-là nous a été déjà transmis. Nous l’avons bloqué au niveau du bureau, nous avons dit : il ne passe pas … », a dit Christophe Mboso, Président de l’Assemblée nationale, s’adressant aux élus nationaux lors de la plénière de ce mardi 14 juin 2022.

Mboso pointe du doigt le comportement du fils du président ougandais, Yoweri Museveni qui, dans une série de tweets, a réitéré son soutien à Paul Kagame alors que le M23 qui est soutenu par Kigali, selon Kinshasa, mène des attaques dans le territoire de Rutshuru.  » Nous nous sommes entretenus avec le ministre des Affaires étrangères.

D’ailleurs, il est d’accord avec nous, avant même que ceci nous arrive, avant que ces troupes fassent ce qu’ils ont fait, nous avons dit à la suite du pacte que le fils de Museveni a signé avec le Rwanda, nous ne laissons pas passer cet accord. Il nous a montré qu’il avait signé son pacte, il vient de nous trahir. Nous avons dit, nous n’acceptons pas « . Parmi les récents accords signés avec l’Ouganda, il y a notamment ceux devant aboutir à la construction et la modernisation de 1 182 kilomètres de réseau routier principal reliant les deux pays.

Ce projet se déroule par étape. La première concerne 223 kilomètres de routes prioritaires pour un coût estimé à 335 millions USD. Trois parties se sont engagées à financer cette première étape. L’Ouganda et la RDC contribueraient à hauteur de 20% chacun et Dott Services, l’entreprise de mise en œuvre va couvrir les 60% restants (201 millions). Kampala a déjà autorisé le décaissement de 66 millions, alors que Kinshasa ne s’est toujours pas prononcé sur les premiers décaissements alors que le projet a été officiellement lancé en juin 2021 par Yoweri Museveni et Félix Tshisekedi.

À savoir, les députés votent le projet de loi portant habilitation du gouvernementLa session ordinaire de mars 2022 se clôture ce mercredi 15 juin, conformément à la Constitution de la République. Avant d’aller en vacances, les élus du peuple ont voté le projet de loi portant habilitation du gouvernement pour quelques matières spécifiques. 375 députés sur les 397 ont voté oui, 16 non et 3 abstentions.

A quelques heures de la clôture de la session ordinaire de mars 2022, les élus du peuple ont, au cours de la plénière du mardi 14 mars 2022, voté le projet de loi portant habilitation du gouvernement durant la période d’intersession.La séance a un ordre du jour qui prévoit, entre autres matières : examen et vote de la proposition de loi relative à la transplantation d’organes, de tissus et de cellules du corps humain ; examen et vote du projet de loi portant habilitation du gouvernement ; examen et vote de la proposition de loi modifiant et complétant la loi n° 10/014 du 31 décembre 2010 relatif à l’aviation civile ; examen et vote du projet de loi autorisant la ratification des résolutions n° 271 et 272 du conseil des gouverneurs de la Société financière internationale ; examen et vote du projet de loi autorisant la ratification des résolutions n° 663 et 664 du 1er octobre 2018 du conseil des gouverneurs de la Banque mondiale ; examen et vote du projet de loi autorisant la ratification de l’adhésion de la RDC à l’accord du 28 mai 2007 relatif à l’établissement d’Afrique finance corporation et validation de pouvoir.

La ministre d’Etat, ministre de la Justice qui en a présenté l’économie a énuméré les matières urgences pour lesquelles il sollicite l’habilitation. Il s’agit, entre autres, la prorogation de l’état de siège ; la ratification des accords de coopération et de partenariat avec la République de Turquie, les Emirats Arabes Unis, l’Etat de Qatar et la République de l’Ouganda ; la proclamation militaire 2022-2025 ; la mise en place du cadre légale relatif à la promotion de l’entreprenariat et des startups ; la mise en place du cadre légale relatif à la promotion de l’artisanat ; la ratification du traité sur l’interdiction des armes nucléaires ; la ratification du protocole de la Sadc pour la science, la technologie et l’innovation ; la ratification de l’accord commercial entre le gouvernement de la République Démocratique du Congo et le gouvernement de la République du Burundi ; la ratification de l’accord commercial entre le gouvernement de la République Démocratique du Congo et le gouvernement de la République du Congo.

Par ailleurs, compte tenu de la situation sur le terrain due notamment à l’activisme des groupes armés locaux et étrangers ainsi que l’agression du pays par le Rwanda à travers le M23 et pour consolider les efforts des forces de défense et de sécurité, il a jugé indispensable, d’une part, que l’état de siège soit maintenu et renouvelé tous les 15 jours comme e veut la Constitution, et d’autre part, que la loi de programmation militaire 2022-2025 soit adoptée dans le meilleur délai.Après débat et vote de ses cinq articles, le projet de loi portant habilitation a été votée par 375 députés sur les 397 votants, 16 non et 3 abstentions.Trois autres projets de loi de ratification dont deux projets de loi de ratification 271-272 du conseil des gouverneurs votés par 390 oui, 4 non et 3 abstentions ainsi que le projet de loi autorisant l’adhésion de la RDC à l’accord du 28 mai 2007 relatif à l’établissement d’Afrique finance corporation voté par 390 oui, 5 non et 2 abstentions.

Nouvellevision24.com