Le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale, honorable Vital Banywesize, a réceptionné, ce vendredi 23 juillet le Rapport des dénonciations sur les faits de corruption en RDC déposé par le réseau des parlementaires africains contre la corruption (APNAC RDC).

Expliquant le mobile de la rencontre, le 2è vice-président a fait savoir que la rencontre « consiste à présenter le rapport sur le travail de ce réseau pendant l’année 2020 ».
« La thématique est tellement intéressante étant donné que nous sommes une société gangrenée par un virus, appelé la corruption ; laquelle est certainement fondée sur la cleptomanie, la maladie du vol, qui s’est déjà installé dans notre pays et le faible patriotisme, mais surtout un mauvais civisme fiscal. Donc, nous avons intérêt, d’abord le peuple congolais et nous-mêmes députés nationaux, de renforcer le travail de ce réseau pour combattre ce fléau qui gangrène le tissu économique de notre pays », a-t-il déclaré en substance.

Au nom du président de l’Assemblée nationale, le 2è vice-président a demandé à l’ensemble des députés de s’approprier le travail de l’APNAC, « Si nous voulons améliorer le social des Congolais, nous devons donner à l’Etat des ressources qui ne peuvent pas provenir des régies financières. Nous devons appuyer, autant que nous le pouvons et surtout à notre niveau ; en tant que bureau du Parlement en renforçant le contrôle parlementaire, activer aussi le travail de la Cour des comptes aux côtés de l’Inspection générale des finances. Désormais, tout gestionnaire, quel que soit son niveau, doit bien travailler pour le Trésor public », a-t-il exhorté par ailleurs.

De son côté, le député national Jean-Pierre Pasi za Pamba, président du Réseau des parlementaires africains contre la corruption (APNAC RDC), a révélé que la cérémonie consistait en la présentation du rapport sur des faits de corruption dénoncés par le peuple congolais, par le citoyen lambda de la RDC, moyennant le numéro vert établi au centre d’écoute du Réseau des parlementaires africains contre la corruption.

« Désormais, tout le peuple congolais peut utiliser ce numéro partout où il se trouve, sans craindre quoique ce soit, dénoncer parce que celui qui voit le mal, qui vit dans la corruption et qui refuse de le dénoncer est complice de la misère du peuple congolais. De l’autre côté, les députés sont déterminés à exercer la pression pénale, sociale, mais pénale surtout auprès des magistrats, des cours, et tribunaux, parce qu’on nous a dit dans la salle, Luzolo Bambi a laissé plus de 800 dossiers relatifs à la corruption », a rassuré le président de l’APNAC RDC.

Avant d’ajouter que l’APNAC RDC a mis à la disposition du public plus de 13 projets de corruption. Et de son point de vue, la justice ne doit pas seulement arrêter les dignitaires mais aussi le petit peuple trempé dans la corruption, pour les mettre en prison.
A ce sujet, l’APNAC et le Parlement insistent sur le fait que les biens volés doivent être récupérés et retournés dans le compte du Trésor public. Pour ce faire, soutient l’APNAC, l’Etat doit ouvrir un compte spécial où on doit placer tous les biens récupérés, soit du vol, soit de détournement.

Et le député Pasi za Pamba termine son propos en invitant le peuple congolais à dénoncer et continuer à dénoncer la corruption sous toutes ses formes. D’ailleurs, ce mardi, les députés membres de l’APNAC vont déjà déposer un dossier auprès du procureur général près la Cour de cassation sur les faits de corruption en Ituri.

Arly Masevo

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *