Invité ce vendredi 23 juillet à Kinshasa, à la journée de réflexion sur l’appropriation de la loi organique de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), organisée par la Haute Académie de la Société Civile Congolaise (HASCO-RDC) en collaboration avec la Coalition des ONGs pour la Démocratie et la Justice en RDC (CODJA), l’expert des questions électorales et candidat à la présidence de la CENI, Paul Nsapu Mukulu en a appelé à des « synergies agissantes positives » pour faire avancer le processus électoral en RDC.

Certes, comme toute œuvre humaine, la nouvelle loi organique a ses forces et ses faiblesses, le plus important au stade actuel, c’est de « s’organiser et d’aller de l’avant ».

Le Président de la Ligue des Electeurs (L.E) qui est revenu sur les péripéties de la démocratisation en RDC, de la Conférence Nationale Souveraine aux trois dernières dispensations électorales, en passant par le Dialogue Inter Congolais, a rappelé que le boycott ne paye pas.
Par conséquent, Paul Nsapu invite les acteurs des organisations de la Société Civile de l’ensemble du pays à « avancer avec stratégies » pour bien encadrer le processus électoral qui a commencé avec cette loi organique.

Avec les cinq (5) membres qui proviendront de la Société Civile, au sein de la plénière (15 membres) de la future Centrale électorale, il est possible de créer « une dynamique à l’intérieur, pour qu’avec un peu de civisme, de conscience, de bon sens pour le bien du pays et d’amour pour le peuple congolais, nous arrivions à convaincre les autres membres (10 : Majorité et Opposition), à couper le cordon ombilical qui les lie à leurs mandants », croit mordicus le successeur pressenti de Corneille Naanga.

Pour y arriver, Paul Nsapu exhorte ses collègues acteurs de la Société Civile à s’impliquer davantage dans ce processus, d’autant plus que d’autres grands défis profilent à l’horizon, notamment les reformes électorales.
« Mobilisons-nous à partir de la base, dans tout le pays pour faire pression, par des programmes et des actions, pour que le processus en cours aboutisse à une grande fête pour le peuple congolais, qui devra se reconnaitre dans les résultats de prochaines élections », a-t-il conclu.

Rappelons que cette nouvelle loi organique de la CENI, bien que promulguée par le Président de la République, continue à diviser notamment la classe politique congolaise.

La journée de réflexion de la Société Civile s’est tenue en pleine phase de désignation du nouveau président de la CENI par la plateforme des Confessions religieuses. Ce dernier sera connu au plus tard le 28 juillet prochain.

Nouvellevision24.com

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *