Ces manifestants estiment que l’actuelle loi de la CENI ne garantit pas la transparence. Ils appellent à un consensus pour des réformes. Parmi leurs nombreuses revendications, ils demandent aux confessions religieuses de ne pas désigner leurs délégués à la prochaine équipe de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). 

Les candidatures pour la présidence et pour une place à la plénière de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ont été reçues lundi par la plateforme des confessions religieuses. 

À savoir, l’Eglise Catholique en RDC, l’Eglise du Congo au Congo (ECC), l’Eglise orthodoxe au Congo, l’Eglise de Jésus Christ sur la terre par son envoyé spécial Simon Kimbangu (EJCSK), la Communauté islamique en RDC (COMICO), l’Eglise du Réveil du Congo (ECC), l’Union des églises indépendantes du Congo (UEIC) et l’Armée du Salut se retrouvent ce mardi 27 juillet pour examiner tous ces dossiers. 

Selon un cadre de Lamuka Serge Welo, nous demandons à la CENCO de ne pas envoyer ses membres à la CENI. Il y a la fraude là-bas. On pensait qu’avec le départ de Kabila les crimes vont s’arrêter. Nous sommes mobilisés pour demander à la CENCO ne cautionne pas la forfaiture. Tout ce qui doit être fait à la CENI doit l’être par les personnes neutres et apolitiques. Aujourd’hui, les membres de l’union sacrée et l’opposition qu’ils se sont fabriquées, c’est la continuité de Kabila.

B. Manda

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *