Double Categories Posts 1

  • RDC-CENI: la CENCO annonce la suspension de ses activités au sein de la plateforme des confessions religieuses
    RDC-CENI: la CENCO annonce la suspension de ses activités au sein de la plateforme des confessions religieuses

    Les évêques disent ne pas partager les mêmes valeurs éthiques avec certaines confessions soeurs et suspend ses activités au sein de la plateforme des confessions religieuses, ce lundi 29 novembre.

    Dans un communiqué de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), les évêques se sont rendus compte de la grande divergence de doctrines et de perception des valeurs éthiques avec certaines confessions religieuses. C’est pourquoi, ils ont décidé de suspendre la participation de l’Eglise Catholique dans la plateforme des Confessions religieuses.

    La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) appelle les partis politiques d’opposition à s’assumer dans leurs actions et à ne pas se cacher derrière l’Eglise catholique pour faire entendre leurs revendications. Ce qui arrive souvent c’est quoi ? Quand la prise de position de la CENCO arrange les intérêts d’un parti politique, en ce moment-là, la CENCO est applaudie, quand ça n’arrange pas leurs points de vue, ils crachent sur la CENCO et quand ils prennent le pouvoir, ils se retournent contre la CENCO, plus jamais ».

    D’autres manifestations de l’opposition ont déjà eu lieu dans un récent passé au siège de la CENCO pour notamment demander aux prélats de ne pas envoyer leur délégué au bureau de la CENI.

    Rappelons que l’équipe Denis Kadima nommée par ordonnance présidentielle et investie par la Cour constitutionnelle est en service depuis le 29 octobre dernier. 

    À savoir, la CENCO ensemble avec l’Eglise du Christ au Congo (ECC) s’opposaient à l’autre bloc de 6 confessions religieuses lors du processus de désignation de leurs délégués à la CENI. Pour le duo, la candidature de Denis Kadima, soutenue par le groupe de 6, était entachée de graves soupçons de corruption. 

    Rosie Mozwa

Double Categories Posts 2

  • RDC: l’inscription à la faculté de médecine est désormais soumise aux restrictions
    RDC: l’inscription à la faculté de médecine est désormais soumise aux restrictions

    Dans un arrêté signé le mercredi 27 octobre par le Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire congolais, Muhindo Nzangi a tablé sur les différentes conditions requises pour inscrire les étudiants en médecine.

    L’article 3 de l’arrêté ministériel pris par le ministre Muhindo Nzangi Butondo diversement interprété renseigne ce qui suit : « ne peut être admis à participer au concours d’admission à la faculté de médecine que le porteur d’un diplôme d’Etat ou son équivalent des humanités scientifiques, ou d’un diplôme d’Etat ou son équivalent de toute autre section obtenu avec 70% ».

    Ceci signifie en clair que les diplômés d’Etat de la section scientifique peut participer au concours d’admission à la faculté de médecine peu importe le résultat obtenu à l’examen d’Etat, par contre ceux des autres sections doivent présenter un diplôme avec au minimum 70% pour participer au concours d’admission.

    Les autres articles de l’arrêté revenant sur la nécessité de l’organisation du concours disent ce qui suit :

    Article 1 : « Nul ne peut être inscrit en Première année de graduat/Première licence LMD en faculté de médecine s’il ne réussit pas au concours d’admission organisé au sein de l’université ».

    Article 2 : « Le concours d’admission vérifie si le candidat à l’admission dispose de pré-requis nécessaires à la poursuite avec succès des études supérieures et universitaire en faculté de médecine et met en compétition les places assises disponibles afin de retenir objectivement les candidats classés en ordre utile ».

    Par ailleurs l’arrêté du ministre évoque aussi une autre innovation portant fixation de quota d’inscription à la faculté de médecine.

    Article 4 : « L’établissement organisant la filière médecine ne peut recruter en première année de graduat /première licence LMD que par rapport au quota d’inscription lui réservé à travers l’instruction académique de l’année ».

    Il sied de noter qu’au terme d’une enquête de viabilité menée dans les facultés de médecine par les experts de l’ESU, mais aussi des conclusions des enquêtes menées en toute indépendance l’ordre de médecin, résultats adoptés aux états généraux de l’ESU de Lubumbashi 16 universités ont été autorisés à organiser les facultés de médecine. Parmi ceux qui ont été jugés non viables 9 seront utilisés comme les auditoires délocalisés de l’UNIKIN, l’UNIKIS, l’UNILU et de l’UOM.

    Soriano Botamba

Latest News